Will Smith dans la peau du plus célèbre esclave de l’histoire américaine


Will Smith incarne une figure emblématique de l’histoire de l’esclavagisme aux États-Unis, celle d’un esclave noir nommé Peter rendu célèbre par l’image de son dos mutilé par le fouet. AFP / THOMAS SAMSON, WikipediaCommons

Après avoir incarné un tueur à gages implacable dans Gemini Man Will Smith passe de l’autre côté de la barrière. Le chasseur devient la proie… Et l’actuelle flambée de violence ayant embrasé l’Amérique ainsi que la résurgence des questions raciales après le mort de George Floyd ne semblent pas être étrangères à cette décision.


Dans ce prochain film baptisé Emancipation réalisé par le cinéaste Antoine Fuqua (Training Day, L’Élite de Brooklyn, Equalizer…), Will Smith incarne une figure emblématique de l’histoire de l’esclavagisme aux États-Unis, celle d’un esclave noir nommé Peter rendu célèbre par une image terrifiante.

Ce cliché, connu sous le nom de The Scourged Back (le dos fouetté), compte parmi les icônes de l’histoire des États-Unis. La photo fut prise en mai 1863, et publiée dans The Independent, puis dans le numéro du 4 juillet de Harper’s Weekly. Elle est rapidement devenue la preuve irréfutable de la cruauté et de la barbarie de l’esclavage en Amérique. Le film Émancipation se déroule en pleine guerre de Sécession.

La diffusion, dès 1863 dans Harper & Brothers, de l’image du dos de Peter lacéré a suscité un immense émoi dans l’Union qui était engagée dans la Guerre civile face aux Confédérés. Harper & Brothers, New York

Alors que cet ancien esclave fugitif passe un examen médical pour intégrer l’armée de l’Union, les médecins découvrent sur son dos nu les profondes cicatrices laissées par le fouet qu’un contremaître lui administrait régulièrement quand il travaillait encore dans une plantation de coton de Louisiane. Cette photo montrant les abominations de l’esclavage a fait le tour du monde.

Le thriller d’action sur fond historique est donc basé sur l’histoire vraie de cet esclave noir américain immortalisé par un cliché emblématique. La légende raconte même que la diffusion de l’image à l’étranger a conduit des pays tels que la France à refuser d’acheter du coton produit dans le Sud des États-Unis.

À l’heure où Hollywood est secoué par la montée en puissance du mouvement Black Lives Matter qui soutient la lutte contre le racisme aux États-Unis, le réalisateur d’Equalizer a confié au site Deadline que la lecture du script d’Emancipation l’avait profondément ému :

« Ce script m’a frappé au cœur d’une manière si intense, impossible à exprimer, mais que vous pourrez comprendre, je pense, explique le réalisateur Antoine Fuqua. Je retrouve certains des sentiments que j’éprouve dans la rue en ce moment. Il y a de la tristesse, de la colère, de l’amour, de la foi et de l’espoir aussi lorsque je vois ce que font les jeunes aujourd’hui. Ce qui me remplit le plus d’espoir, c’est qu’ils ne vont plus tolérer cela plus longtemps. J’ai été traversé par tous ces sentiments lorsque j’ai lu le scénario. »

La production devrait donc démarrer en 2021. Antoine Fuqua achève le film d’anticipation Infinite, tandis que Will Smith reprend le tournage de King Richard, film contant l’histoire du père des championnes de tennis Serena et Venus Williams (dont la production a été interrompue par la pandémie de Coronavirus.)