Chine – Etats-Unis : avec Huawei, la guerre de la 5G est déclarée / VIEPARIS.FR


technologie réseau mobile, la 5G, sera commercialisée en France en 2020. Annoncée comme au moins dix fois plus rapide que la 4G et sans latence, elle promet de développer l’Internet

des objets donnant ainsi vie aux « smart  cities », aux voitures autonomes

 

Donald Trump accuse le groupe de téléphonie d’être une menace sécuritaire. L’ascension fulgurante de Huawei et ses liens avec le pouvoir chinois le placent au cœur de la bataille commerciale et géopolitique.

 

Sur un immense campus situé dans une zone industrielle de Shenzhen, la cité tentaculaire qui fait face à Hongkong, des bâtiments sans charme sont cernés par la végétation luxuriante du sud de la Chine. A l’intérieur, dans des salles sombres, des dizaines de serveurs informatiques noirs tournent avec un ronronnement discret. C’est ici le laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Huawei, le groupe chinois qui, à une vitesse remarquable, a remplacé Apple à la deuxième place des ventes de smartphones, derrière Samsung, qu’il espère dépasser en 2020.

A caractéristiques similaires, ses appareils sont moins chers que ceux des concurrents coréen ou américain. Pour ses campagnes de publicité, le groupe s’offre des stars, le footballeur Antoine Griezmann ou l’actrice Scarlett Johansson. Depuis 2017, il occupe le premier rang mondial sur son activité historique : « équipementier » de réseaux mobiles, en fournissant antennes, stations-relais et autres infrastructures aux opérateurs de téléphonie mobile pour que leurs clients soient partout connectés. Cette même année, Huawei devenait l’entreprise déposant le plus de brevets en Europe. Ses dépenses en recherche et développement – 13,8 milliards de dollars (12 milliards d’euros) en 2017 – le placent au niveau des géants de la Silicon Valley.

Dans le laboratoire de recherche, quelques unités centrales ouvertes sur une table exhibent leurs entrailles, équipées de processeurs de sa filiale spécialisée dans les puces électroniques. Sur un écran, un ingénieur montre comment l’intelligence artificielle permet à des prototypes de voitures autonomes d’éviter des obstacles. Huawei travaille avec Audi sur la conduite autonome, avec PSA sur les véhicules connectés.

 

SOURCE Par Harold Thibault et Simon Leplâtre