Lifestyle | do not offend Bruce Willis. The American actor |Late Show Stephen Colbert


il ne faut pas offenser Bruce Willis. L’acteur américain, connu pour ses multiples rôles bourrés de testostérone, n’aime pas qu’on questionne ses capacités de cascadeur.

il do not offend Bruce Willis. The American actor, known for his multiple roles full of testosterone, does not like being questioned its stunt capabilities.

 Bruce Willis était l’invité du Late Show de Stephen Colbert, jeudi soir. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que son intervention a été fracassante.

CBS_COLBERT_0056_IMAGE_CIAN_NO_LOGO_thumb_Master.jpg

Il ne faut pas offenser Bruce Willis. L’acteur américain, connu pour ses multiples rôles bourrés de testostérone, n’aime pas qu’on questionne ses capacités de cascadeur.

Dans l’émission du présentateur américain Stephen Colbert, le héros de la saga « Die Hard » ou encore du « Cinquième élément » a affirmé qu’il avait toujours fait ses propres cascades.

Stephen Colbert, un peu suspicieux, lui rappelle alors son âge – 60 ans – et doute de ses propos. S’engage alors un combat sans merci entre l’animateur et le comédien.

76100-l-hallucinante-baston-entre-bruce-willis-et-stephen-colbert-sur-le-plateau.jpg

Au début, on tremble un peu pour Bruce. Stephen Colbert l’envoie valser avec aisance, tantôt par-dessus le bureau, tantôt au milieu d’un set de batterie.

 

Mais l’interprète de John McClane dans « Die Hard » reprend – évidemment – le dessus, et prouve une fois pour toutes qu’il est le maître de ses cascades. Et de celles des autres.

Au total, les deux hommes nous offrent quatre minutes de divertissement pur, dignes des meilleurs films de Bruce Willis. On en ressort impressionnés par la performance sportive de l’acteur.

bruce_willis_stephen_colbert_late_show_h_2015.jpg

Enfin, jusqu’à ce qu’il avoue la vérité à Stephen Colbert, après l’avoir battu à plate couture… En fait non, il ne fait pas ses cascades lui-même. Une révélation finale qui met l’animateur en rage, et permet à Bruce de nous offrir une cascade… assez pitoyable. Prends ça, John McClane !