#PRESS | Vladimir Poutine is my name. I am Russia président | Syrie


20151003_EUD111_17

#press #obama #poutine #assad #russia #syria #washington

Son intention était d’attirer l’attention de son muscle militaire, il a certainement réussi…

HIS intent was to draw attention to his military muscle, he certainly succeeded. Vladimir Putin, Russia’s president…

became the first leader in the Kremlin since Leonid Brezhnev, who invaded Afghanistan in 1979, to send military aircraft on bombing missions outside the territory of the former Soviet Union. On September 30th, Russian jets began a targeted campaign in parts of Syria held by rebels in order to prop up the beleaguered regime of Bashar al-Assad, a Russian client.

Not since the Boxer rebellion in 1900 have Russian forces fought in such proximity to American ones. In Kosovo they came close. In Syria they share the same skies: America is attacking the jihadists of Islamic State (IS); Russia says it wants to strike IS but has in fact started by attacking other Sunni rebels (including some who have received American weapons) who pose a more direct threat to Mr Assad.

Mr Putin has ruled out the use of ground forces in Syria, for fear of awakening painful memories of the Soviet debacle in Afghanistan. But by deploying jets and air-defence systems, Russia is complicating Western operations in Syria. France this month joined America in the increasingly crowded skies of the Levant.

Russia has prepared its air campaign for some time. Two weeks ago it held elaborate domestic war games in terrain closely resembling the Syrian desert. Russian war reporters who spent months on the eastern Ukrainian front lines have suddenly appeared in Syria, cameras rolling at the site of terrorist attacks.

The Russian Orthodox church has spoken of a holy war. But for the Kremlin it is just as important to be seen to be confronting America, which Mr Putin accuses of trying to dominate the world. Dmitry Kiselev, Russia’s chief television propagandist, put it with wilful inaccuracy: “In Syria, America stands on the side of the terrorist caliphate. Together they are trying to destroy Syria as a secular state.”

Spade-work

Russia’s bombing in Syria was preceded by a flurry of diplomatic activity. On September 28th Mr Putin spoke at the United Nations General Assembly in New York, comparing Russia’s role to that of the Soviet Union in 1945 and blaming America for unsettling the Middle East. “I am urged to ask those who created this situation: ‘Do you at least realise now what you’ve done?’ But I’m afraid that this question will remain unanswered, because they have never abandoned their policy, which is based on arrogance, exceptionalism and impunity,” Mr Putin declared from the podium.

Russian media portrayed him as a superman who has to clean up a mess. Ria Novosti, the state news agency, and other government propagandists flooded social-media networks with messages bearing the hashtag “#PutinPeacemaker”.

The president has received some verbal support for his new campaign from the Italian prime minister and the German foreign minister, among others. But in America he is still viewed as a villain. A meeting with Barack Obama—the first long one since Russia’s annexation of Crimea—ended with no result. Trust between the two leaders is the lowest it has been in decades, say close observers.

Mr Putin may be hoping that by claiming to fight IS he can force America into accepting him again as a partner in power, one too important to be isolated by sanctions imposed by the West in response to the war in Ukraine. Yet his gambit is laden with risks. Russia could get bogged down in what may be an unwinnable conflict. Its relationship with America could get worse rather than better, especially if the two military forces clashed, even inadvertently. Russian pilots might, given the lack of co-ordination in the skies, fall into the hands of knife-wielding executioners. “Putin miscalculated in Ukraine and he may miscalculate in Syria,” warns Dmitry Trenin, the head of the Moscow Carnegie Centre, a think-tank. So why take such risks?

Russia’s official—and not entirely unreasonable—response is that IS poses a threat to its national security, particularly in the north Caucasus, where many young fighters in Syria come from. The timing of the deployment was also partly prompted by the fact that Mr Assad’s forces have been losing ground. While the Kremlin cares little about his personal fate, it needs him, or another ally, to stay in power long enough for Russia to have a say in any international negotiation on the future of Syria. There is also Russia’s naval base in Tartus on the Syrian coast, its only foothold in the Middle East, which is a big market for Russian-made arms.

Even more important for Mr Putin is his hold on power at home, and here too Syria may be of use. The bombing provides a new and badly needed spectacle at a time when the war in Ukraine, which dominated the airwaves for a while, is starting to freeze and euphoria over the annexation of Crimea is fading. On top of that the Russian economy, hit by sanctions and falling oil prices, has been shrinking fast. During his first two presidential terms Mr Putin could boast about growing incomes. In his third term, he seems to rely more on the theatre of war and a manufactured sense of pride in challenging America.

“Syria provides a useful distraction from Ukraine, but strategically it is about America,” says Mr Trenin. So far Mr Putin has avoided a direct clash with his great rival, but he has trapped Russia in a dangerous spiral of confrontation. As Georgy Mirsky, a venerable Middle East expert at Moscow’s Higher School of Economics, says: “The rules of the confrontation dictate that you find your opponent’s weak spot and hit, hit, hit.”

20151003_EUD111_17

FRENCH

Son intention était d’attirer l’attention de son muscle militaire, il a certainement réussi. Vladimir Poutine, président de la Russie, est devenu le premier dirigeant du Kremlin depuis Léonid Brejnev, qui a envahi l’Afghanistan en 1979, d’envoyer des avions militaires sur des missions de bombardement en dehors du territoire de l’ancienne Union soviétique. Le 30 Septembre, jets russes ont commencé une campagne ciblée dans les parties de la Syrie tenues par les rebelles dans le but de soutenir le régime aux abois de Bachar al-Assad, un client russe.

Jamais depuis la révolte des Boxers en 1900 ont combattu les forces russes dans une telle proximité avec leurs homologues américains. Au Kosovo, ils sont venus près. En Syrie, ils partagent les mêmes cieux: l’Amérique est d’attaquer les djihadistes d’Etat islamique (IS); La Russie affirme qu’elle veut de grève est, mais a en fait commencé en attaquant d’autres rebelles sunnites (y compris certains qui ont reçu des armes américaines) qui constituent une menace plus directe à M. Assad.
M. Poutine a exclu l’utilisation des forces terrestres en Syrie, de peur de réveiller des souvenirs douloureux de la débâcle soviétique en Afghanistan. Mais en déployant des jets et des systèmes de défense aérienne, la Russie complique les opérations occidentales en Syrie. France ce mois-ci a rejoint l’Amérique dans le ciel de plus en plus surpeuplées du Levant.

La Russie a préparé sa campagne aérienne pendant un certain temps. Il ya deux semaines, il a tenu des jeux de guerre nationaux élaborés en terrain ressemblant étroitement le désert syrien. Reporters de guerre russes qui ont passé des mois sur les lignes de front de l’Est ukrainien ont soudainement apparu en Syrie, caméras roulant sur le site d’attentats terroristes.

L’église orthodoxe russe a parlé d’une guerre sainte. Mais pour le Kremlin, il est tout aussi important d’être vu pour être face à l’Amérique, qui M. Poutine accuse de chercher à dominer le monde. Dmitri Kiselev, chef propagandiste de la télévision de la Russie, a mis avec imprécision volontaire: « En Syrie, l’Amérique se tient sur le côté du califat terroriste. Ensemble, ils essaient de détruire la Syrie comme un Etat laïc « .

Spade travail
Le bombardement de la Russie en Syrie a été précédée par une intense activité diplomatique. Le 28 Septembre, M. Poutine a parlé à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, en comparant le rôle de la Russie à celle de l’Union soviétique en 1945 et de blâmer l’Amérique pour ébranler le Moyen-Orient. «Je suis pressé de demander à ceux qui ont créé cette situation:« Avez-vous au moins réalisez maintenant ce que vous avez fait? « Mais je crains que cette question restera sans réponse, parce qu’ils ont jamais abandonné leur politique, qui est basé sur l’arrogance, l’exceptionnalisme et l’impunité « , M. Poutine a déclaré à la tribune.

Les médias russes lui dépeint comme un surhomme qui doit nettoyer un gâchis. Ria Novosti, l’agence de nouvelles de l’État, et d’autres propagandistes gouvernementaux inondé les réseaux de médias sociaux avec des messages portant le hashtag « #PutinPeacemaker ».

Le président a reçu un certain appui verbal pour sa nouvelle campagne du Premier ministre italien et ministre des Affaires étrangères allemand, entre autres. Mais en Amérique, il est toujours considéré comme un méchant. Une réunion avec Barack Obama, la première longue depuis l’annexion de la Russie de Crimée-terminée sans résultat. La confiance entre les deux dirigeants est le plus bas depuis des décennies, disent des observateurs attentifs.

M. Poutine espère peut-être que, en prétendant au combat est qu’il peut forcer l’Amérique dans l’accepter à nouveau comme un partenaire au pouvoir, un trop important pour être isolé par les sanctions imposées par l’Occident en réponse à la guerre en Ukraine. Pourtant, son gambit est chargé de risques. La Russie pourrait se enliser dans ce qui pourrait être un conflit sans issue. Sa relation avec l’Amérique pourrait être pire plutôt que mieux, surtout si les deux forces militaires se sont affrontés, même par inadvertance. Pilotes russes pourraient, étant donné le manque de coordination dans les cieux, tombent entre les mains de bourreaux armés de couteaux. « Poutine a mal calculé en Ukraine et il peut mésestimer en Syrie», prévient Dmitry Trenin, la tête du Centre Carnegie de Moscou, un think-tank. Alors pourquoi prendre de tels risques?

Tout à fait déraisonnable-réponse officielle et pas de la Russie est qui est une menace pour sa sécurité nationale, en particulier dans le nord du Caucase, où de nombreux jeunes combattants en Syrie viennent. Le calendrier du déploiement a également été en partie motivée par le fait que les forces de M. Assad ont perdu du terrain. Alors que le Kremlin se soucie peu de son destin personnel, il a besoin de lui, ou un autre allié, de rester au pouvoir assez longtemps pour la Russie d’avoir un mot à dire dans toute négociation internationale sur l’avenir de la Syrie. Il est également la base navale de la Russie à Tartous sur la côte syrienne, son seul pied dans le Moyen-Orient, qui est un grand marché pour les armes de fabrication russe.

Encore plus important pour M. Poutine est son emprise sur le pouvoir à la maison, et là aussi la Syrie peut être utile. Le bombardement fournit une nouvelle et mal nécessaire spectacle à un moment où la guerre en Ukraine, qui a dominé les ondes pendant un certain temps, est en train de geler et d’euphorie sur l’annexion de la Crimée se fane. En plus de ce que l’économie russe, frappé par des sanctions et la baisse des prix du pétrole, a été le rétrécissement rapide. Au cours de ses deux premiers mandats présidentiels de M. Poutine pourrait se vanter de la hausse des revenus. Dans son troisième mandat, il semble compter davantage sur le théâtre de la guerre et un sentiment de fierté fabriqué à contester l’Amérique.

« La Syrie fournit une distraction utile de l’Ukraine, mais stratégiquement il est à propos de l’Amérique », dit M. Trenine. Jusqu’à présent, M. Poutine a évité un affrontement direct avec son grand rival, mais il a piégé la Russie dans une dangereuse spirale de confrontation. Comme Georgy Mirsky, un expert vénérable Moyen-Orient à l’école supérieur de d’économie de Moscou, dit: «Les règles de la confrontation dictent que vous trouvez le point faible de votre adversaire et frapper, frapper, frapper. »

20151003_EUD111_17