#NEWS | Le logo de la censure thaïlandaise /The logo of the Thai Censorship | Bangkok Post


imgres

Le logo de la censure thaïlandaise est photographié à partir d’un ordinateur portable à Bangkok vendredi…The Thai censorship logo is pictured from a laptop in Bangkok on Friday. (EPA photo)

RELATED SEARCH

Thailand single gateway
Deputy Prime Minister Prajin Juntong has tried to calm down concerns about the government’s single gateway initiative, saying the issue is still under study and has not been implemented.

A single gateway is the combination of all internet access channels, or gateways, into one for easy monitoring, much like the « Great Firewall of China ».

Thailand liberalised internet services shortly after the 1997 crisis and there are now more than 10 internet gateways, both for commercial (True, 3BB, TOT, CAT Telecom, etc) and non-commercial use, according to the National Electronics and Computer Technology Center (Nectec).

« The goal is for cybersecurity but at present nothing has been done. All companies can still provide their internet services, » ACM Prajin told Thai media.

He insisted it was not compulsory for these operators to merge their infrastructure.

But ACM Prajin said TOT and CAT Telecom, the two state-owned internet service providers, might start a pilot project on this, but mainly to optimise their resources.

« In any case, I stress this is just an idea. We have to be very careful about this. We want to focus on serving people, not on censoring, » he added.

The single gateway issue has created an uproar since Wednesday after a twitter user pointed to what Prime Minister Prayut Chan-o-cha had ordered the Ministry of Information and Communication Technology (ICT) to do.

The Public Relations Department link in the tweet quoted cabinet secretary Ampon Kittiampon as saying the PM had told the ICT Ministry at the July 14 cabinet meeting to implement the single gateway « urgently ».

The follow-up came after the cabinet had resolved on June 30 to have the ICT Ministry, in collaboration with the Justice Department and the Royal Thai Police, set up the single gateway « to control access to inappropriate websites and international data flows ».

They were also instructed to check relevant laws and quickly draft new ones as needed, Mr Ampon added, quoting the June 30 cabinet resolution.

The resolution, however, could not be found the cabinet meeting documents available for downloading at the government’s website.

While the junta made no secret of its wish to have a single gateway after seizing the ruling power, there were no reports on its progress up until this week.

Earlier report: ICT minister: Gateway for the economy
While it reasoned the consolidation would save costs, improve services and lay the foundation for Thailand’s digital economy, what was left unsaid was monitoring and censoring could be done more easily at the gateway level too.

Local IT experts, however, said the national single gateway idea was easier said than done.

Given the current amount of traffic, any attempt to force it through a single channel will result in slow internet access, the extent of which will depend on the technology used, Arthit Suriyawongkul of the Thai Netizen Network told Prachatai on Wednesday.

Moreover, a single gateway means a single point of failure where the country would go completely dark should some technical issues occur.

« Cybersecurity’s three components — confidentiality, integrity and availability — will all be compromised, » he said.

He also pointed out the possibility of data interception, which was what authorities attempted to do based on an ICT Ministry document in 2014 on the setting up of a committee to test access to secure socket layer (SSL) data.

The single gateway will enable authorities to access anyone’s passwords through a man-in-the-middle attack where the attacker secretly relays and possibly alters the communication between two parties who believe they are directly communicating with each other, he added.

A poll set up at Change.org for people to sign up against the initiative attracted 51,000 people in two days.

imgres imgres

Le logo de la censure thaïlandaise est photographié à partir d’un ordinateur portable à Bangkok vendredi…
RECHERCHE CONNEXES

Thaïlande passerelle unique
Vice-Premier ministre Prajin Juntong a essayé de calmer les préoccupations au sujet de l’initiative de la passerelle unique du gouvernement, disant que la question est encore à l’étude et n’a pas été mis en œuvre.

Une passerelle unique est la combinaison de toutes les voies d’accès à Internet, ou des passerelles, en une seule pour la surveillance facile, un peu comme le « Grand Pare-feu de la Chine ».

Thaïlande a libéralisé les services internet peu après la crise de 1997 et il ya maintenant plus de 10 passerelles Internet, à la fois à des fins commerciales (True, 3BB, TOT, CAT Telecom, etc) et non-commerciale, selon le Computer Technology Center Electronique national et ( NECTEC).

«L’objectif est pour la cybersécurité, mais à l’heure actuelle rien n’a été fait. Toutes les entreprises peuvent encore fournir leurs services Internet, » a déclaré aux médias thaïlandais ACM Prajin.

Il a insisté qu’il était pas obligatoire pour ces opérateurs de fusionner leurs infrastructures.

Mais ACM Prajin dit TOT et CAT Telecom, les deux fournisseurs de services Internet appartenant à l’Etat, pourrait commencer un projet pilote à ce sujet, mais surtout à optimiser leurs ressources.

« En tout cas, je souligne ceci est juste une idée. Nous devons être très prudent à ce sujet. Nous voulons mettre l’accent sur le service aux personnes, pas sur la censure, » at-il ajouté.

La question de la passerelle unique a créé un tollé depuis mercredi après qu’un utilisateur de Twitter a souligné que le premier ministre Prayuth Chan-ocha avait ordonné au ministère des technologies de la communication (TIC) de l’information et à faire.

Le lien Service des relations publiques dans le tweet cité secrétaire du cabinet Ampon Kittiampon disant que le PM avait dit le ministère des TIC lors de la réunion Juillet 14 armoire pour mettre en œuvre la passerelle unique « de toute urgence ».

Le suivi est venu après que le cabinet avait décidé le 30 Juin à avoir le ministère des TIC, en collaboration avec le ministère de la Justice et de la Police royale thaïlandaise, mettre en place la passerelle unique « pour contrôler l’accès aux sites Web inappropriés et les flux internationaux de données ».

Ils ont également été chargés de vérifier les lois pertinentes et rapidement élaborer de nouvelles au besoin, M. Ampon ajouté, citant la résolution du cabinet Juin 30 ans.

La résolution, cependant, n’a pas pu être trouvé les documents de réunion du cabinet disponible pour téléchargement sur le site Web du gouvernement.

Alors que la junte ne faisait pas mystère de son souhait d’avoir une seule passerelle après s’être emparé du pouvoir au pouvoir, il n’y avait pas des rapports sur les progrès réalisés jusqu’à cette semaine.

Rapport précédent: ministre des TIC: Passerelle pour l’économie
Bien qu’il raisonnait la consolidation permettrait d’économiser les coûts, améliorer les services et de jeter les bases pour l’économie numérique de la Thaïlande, ce qui a été le non-dit a été suivi et la censure qui pourrait être fait plus facilement au niveau de la passerelle trop.

Experts informatiques locaux, cependant, a dit l’idée nationale de passerelle unique était plus facile à dire qu’à faire.

Étant donné le montant actuel du trafic, toute tentative de le forcer à travers un canal unique se traduira par un accès Internet lente, dont l’ampleur dépendra de la technologie utilisée, Arthit Suriyawongkul du Réseau thaïlandais Netizen dit Prachatai mercredi.

De plus, une passerelle unique, un point de défaillance unique où le pays irait complètement sombre devrait certaines questions techniques se produire.

« Trois composantes de la cybersécurité – la confidentialité, intégrité et disponibilité – seront tous compromis, » at-il dit.

Il a également souligné la possibilité d’interception de données, ce qui était ce que les autorités ont tenté de faire basé sur un document du ministère des TIC en 2014 sur la mise en place d’un comité pour tester l’accès pour sécuriser socket layer (SSL) des données.

La passerelle unique permettra aux autorités d’accéder aux mots de passe de quelqu’un à travers une attaque man-in-the-middle où l’attaquant transmet secrètement et modifie la communication entre les deux parties qui croient en communiquant directement les uns avec les autres peut-être, at-il ajouté.

Un sondage mis en place à Change.org pour les gens à signer contre l’initiative a attiré 51.000 personnes en deux jours.

imgresimgres

via Prajin plays down single gateway move | Bangkok Post: news.