#PRESS FREEDOM | Vietnam dissident blogger released from prison, now in United States | Bangkok Post: news


ta-phong-tan-dieu-cay-phan-thanh-hai

WASHINGTON – blogueur dissident Vietnam Ta Phong Tan a été libéré de prison vietnamienne et est arrivé dimanche aux Etats-Unis, l’Etat américain a confirmé Departmente….

WASHINGTON – Vietnam dissident blogger Ta Phong Tan was released from Vietnamese prison and arrived Sunday in the United States, the US State Departmente confirmed.

« Ta Phong Tan decided to travel to the United States after her release from prison, » a State Department official said on condition of anonymity. « We welcome the decision by Vietnamese authorities to release Tan. »

Tan had served three years of a 10-year prison term on anti-state charges in connection with her blog Cong Ly v Su That (Justice and Truth). The advocacy group Committee to Protect Journalists in New York said the blog « focused on human rights abuses and corruption among police and in the court system. »

CPJ, Human Rights Watch and the United States have repeatedly called for the release of the one-time Vietnamese policewoman who turned to journalism to address rights violations which she saw on the job.

Bob Dietz, CPJ’s Asia program coordinator, welcomed her release but noted that Vietnam is still holding more than a dozen journalists behind bars in connection with their work.

« Vietnamese authorities should do all they can, including repeal the country’s harsh anti-press laws, to ensure that journalists are able to work and report freely, » Dietz said.

Phil Robertson, Asia deputy director for the international group Human Rights Watch, said that Tan’s release represented « Vietnam’s cynical practice of releasing high profile dissidents from prison » and forcing them directly into exile « with immediate departure from the country being the price of their freedom. »

« Hanoi is providing an aura of human rights progress while actually tightening political control, » Robertson said in a press release.

The US State Departmeht said that Tan had indicated in a prior conversation that « she wanted to come to the United States if released from prison. »

Tan, 47, had served as a police officer before turning to journalism and commentary in 2004. Her writings prompted the Vietnamese Communist Party to revoke her party membership in 2006 but she continued to criticise the government.

In 2013, the year following her conviction, the US State Department honoured her in its International Women of Courage Awards program.

Tan’s release came nearly a year after her fellow dissident Nguyen Van Hai, who was convicted in the same trial as Tan, was similarly released and moved to the US

In June, the US State Department noted in its annual human rights report that Vietnam was one of several countries where the inherent conflict presented by modern technology is used to both combat human rights violations and carry them out.

« We remain deeply concerned for all such prisoners in Vietnam. We call on the government to release unconditionally all these prisoners and allow all Vietnamese to express their political views without fear of retribution, » the State Department official said Sunday in an e-mailed statement.
Mrs.-Ta-Phong-Tan

french

WASHINGTON – blogueur dissident Vietnam Ta Phong Tan a été libéré de prison vietnamienne et est arrivé dimanche aux Etats-Unis, l’Etat américain a confirmé Departmente.

« Ta Phong Tan a décidé de voyager aux États-Unis après sa sortie de prison, » un fonctionnaire du Département d’Etat a déclaré sous couvert d’anonymat. « Nous nous félicitons de la décision prise par les autorités vietnamiennes à libérer Tan. »

Tan avait servi trois ans d’une peine de prison de 10 ans sur des accusations anti-étatiques dans le cadre de son blog Cong Ly v Su Ce (Justice et Vérité). Le Comité de groupe de plaidoyer pour la protection des journalistes à New York a déclaré que le blog « axé sur les violations des droits humains et la corruption dans la police et dans le système judiciaire. »

CPJ, Human Rights Watch et les États-Unis ont à plusieurs reprises appelé à la libération de celui-temps policière Vietnamiens qui se tourna vers le journalisme pour remédier aux violations des droits qu’elle voyait sur le tas.

Bob Dietz, l’Asie du coordinateur du programme du CPJ, a salué sa libération mais a noté que le Vietnam tient encore plus d’une douzaine de journalistes derrière les barreaux dans le cadre de leur travail.

« Les autorités vietnamiennes doivent faire tout leur possible, notamment par l’abrogation des lois anti-dures de presse du pays, pour que les journalistes puissent travailler librement et le rapport », a déclaré Dietz.

Phil Robertson, de l’Asie directeur adjoint pour le groupe international Human Rights Watch, a déclaré que la libération de Tan représenté « la pratique cynique de libérer profil dissidents élevés de la prison du Vietnam » et en les forçant directement dans l’exil « avec départ immédiat du pays étant le prix de leur liberté ».

« Hanoi fournit une aura de progrès des droits humains tout en serrant effectivement le contrôle politique », a déclaré Robertson dans un communiqué de presse.

L’État américain a déclaré que Departmeht Tan avait indiqué dans une conversation antérieure que «elle voulait venir aux États-Unis si libéré de prison. »

Tan, 47 ans, avait servi comme officier de police avant de se tourner vers le journalisme et les commentaires en 2004. Ses écrits ont incité le Parti communiste vietnamien de révoquer son adhésion au parti en 2006, mais elle a continué à critiquer le gouvernement.

En 2013, l’année suivante de sa condamnation, le Département d’État des États-Unis lui a rendu hommage dans ses International Women of Courage programme Awards.

La libération de Tan est venu près d’un an après son compatriote dissident Nguyen Van Hai, qui a été condamné dans le même procès que Tan, a été libéré de façon similaire et a déménagé aux États-Unis

En Juin, le Département d’Etat américain a noté dans ses droits de l’homme le rapport annuel que le Vietnam était l’un des nombreux pays où le conflit inhérent présenté par la technologie moderne est utilisée pour les deux violations combat droits de l’homme et les réaliser.

« Nous restons profondément préoccupés pour tous ces prisonniers au Vietnam. Nous appelons le gouvernement à libérer sans condition tous les prisonniers et permettre à tous les Vietnamiens à exprimer leurs opinions politiques sans crainte de représailles, » le fonctionnaire du Département d’Etat a déclaré dimanche dans un communiqué envoyé par courriel .

via Vietnam dissident blogger released from prison, now in United States | Bangkok Post: news.