#PRESS.FREEDOM | Anti-coup group marches against ‘dictatorship’ – The Nation


CPQXBAAUYAALTW-

Un groupe important de manifestants du Mouvement de la Nouvelle Démocratie a marché de l’université de Thammasat à Democracy Monument hier soir, à un rassemblement contre la dictature.

A LARGE group of demonstrators from the New Democracy Movement marched from Thammasat University to Democracy Monument yesterday evening, in a rally against dictatorship.

Yesterday’s march was part of the events held to mark the ninth anniversary of the military coup on September 19, 2006, which brought down the government of Thaksin Shinawatra following allegations of corruption and abuse of power.

The marching demonstrators, many of them university students, shouted « Down with dictatorship, long live democracy » and « NCPO get out ». They also displayed a banner that read « Return the power to the people ». The demonstrators remained at the monument until last night. A leader at the rally, Sirivich Serithiwat, said they would disperse voluntarily after 10pm.

Protest leaders read poems and played music at the monument. They were under close watch of police and military officers, some of whom recorded the rally on cameras.

More than 200 policemen were deployed around Democracy Monument, many of them directing the traffic at the roundabout. Some angry motorists honked at the protesters occupying three lanes of the road, and the students booed them.

When arriving at the monument, the protesters managed to climb over the traffic barriers put up by police around the monument. They then severely criticised the National Council for Peace and Order.

Government Spokesman Maj-General Sansern Kaewkamnerd yesterday said the NDM march appeared to be intentionally timed ahead of the prime minister’s trip to attend the United Nations’ general meeting this coming week.

« They anticipated some action by the authorities to make it look like violence was used against demonstrators. This is in concert with similar moves by people of the same group overseas, » Sansern said.

« They want to create a perception that this government is opposed by many people and that the local situation is still unsettled, » he added. « In fact, most people accept the government and the NCPO. And they know the government will stay only for a period to solve the country’s problems. »

A senior Metropolitan Police officer said that the march was against the newly-promulgated public gathering law and an NCPO order. He said police negotiated with the protesters in a bid to get them to disperse.

The protesters had earlier yesterday gathered at Thammasat University, where other events including panel discussions were held to mark the anniversary of the 2006 coup.

Prime Minister Prayut Chan-o-cha had instructed police to closely monitor the events and take necessary measures in case of violence, according to Royal Thai Police spokesman Lt-General Prawut Thavornsiri.

The NCPO is confident it can keep the NDM students under control, NCPO secretary-general General Chatchalerm Chalermsuk said.

The NDM held a discussion at Thammasat University entitled « Nine Years – Failure to Move On After September 19 Coup », before their march to Democracy Monument.

Chatchalerm said the NCPO allowed them to hold the discussion but declined permission for a rally. He said the students were familiar faces who had been arrested several times.

He said there was nothing to worry when asked if the junta were concerned about the timing of the protest, given it came ahead of Prayut’s trip to the United States for a United Nations general meeting later this month.

« Officials will not take a drastic approach and the situation will not escalate. We know this group of students well. We will resort to a soft approach, stressing negotiation. I believe most people understand that officials must enforce the law to keep peace and order, » he said.

He said the military and police could control the situation if the students were adamant about rallying.

The NDM distributed leaflets urging people to fight against what they labelled « dictatorship » and fight for democracy.

The organisers of the seminar were told they could not use the room they had booked earlier for the event and were forced to find another room.

Pichit Likitkijsomboon, a lecturer at Thammasat University’s Faculty of Economics, told the audience that the staging of two coups in nine years meant the country was trapped and it could not find a way back to becoming a democratic society.

He said countries which overcame conflicts between the old and new powers progressed but those which failed became underdeveloped countries such as those in Latin American.

« To become a developed country, we have to have an open society that allows people to freely express views, questions and thoughts,’ he said.

CPQXBChUEAAEG7T CPQXBCLUwAENR1d CPQVaIzUYAA0Kah

FRENCH

Un groupe important de manifestants du Mouvement de la Nouvelle Démocratie a marché de l’université de Thammasat à Democracy Monument hier soir, à un rassemblement contre la dictature.

Le mars d’hier faisait partie des manifestations organisées à l’occasion du neuvième anniversaire du coup d’Etat militaire le 19 Septembre 2006, qui a fait tomber le gouvernement de Thaksin Shinawatra suite à des allégations de corruption et d’abus de pouvoir.

Les manifestants marchant, beaucoup d’étudiants universitaires, scandant « A bas la dictature, vive la démocratie » et « NCPO sortir ». Ils ont également déployé une banderole qui disait «rendre le pouvoir au peuple ». Les manifestants sont restés au pied du monument jusqu’à la nuit dernière. Un chef de file au rassemblement, Sirivich Serithiwat, dit qu’ils allaient disperser volontairement après 22 heures.

Dirigeants de protestation ont lu des poèmes et joué de la musique au monument. Ils étaient sous étroite surveillance de la police et des officiers militaires, dont certains ont enregistré le rallye sur les caméras.

Plus de 200 policiers ont été déployés autour de Democracy Monument, beaucoup d’entre eux de diriger le trafic au rond-point. Certains automobilistes klaxonnaient en colère sur les manifestants occupant trois voies de la route, et les élèves eux hué.

En arrivant au pied du monument, les manifestants ont réussi à grimper sur les barrières de circulation mis en place par la police autour du monument. Ils ont ensuite sévèrement critiqué le Conseil national pour la paix et l’ordre.

Le porte-parole du gouvernement Maj général Sansern Kaewkamnerd a déclaré hier le mars NDM semble être intentionnellement chronométré avant le voyage du Premier ministre à assister à l’assemblée générale de l’ONU cette semaine à venir.

« Ils ont anticipé certaines mesures par les autorités pour la faire ressembler à la violence a été utilisée contre les manifestants. Cela est en concert avec des mouvements similaires par des personnes du même groupe à l’étranger », a déclaré Sansern.

« Ils veulent créer une perception que ce gouvernement est opposé par de nombreuses personnes et que la situation locale est encore perturbé, » at-il ajouté. « En fait, la plupart des gens acceptent le gouvernement et le NCPO. Et ils savent que le gouvernement restera seulement pour une période de résoudre les problèmes du pays. »

Un officier supérieur de la police métropolitaine a déclaré que le mars était contre la loi de rassemblement public nouvellement promulguée et un ordre NCPO. Il a dit la police négociés avec les manifestants dans le but de les amener à se dispersent.

Les manifestants avaient plus tôt hier, se sont réunis à l’Université Thammasat, où d’autres événements, y compris des discussions rondes ont été organisées pour marquer l’anniversaire du coup d’Etat 2,006.

Premier ministre Prayuth Chan-ocha avait demandé à la police de surveiller de près les événements et prendre les mesures nécessaires en cas de violence, selon le porte-parole de la police royale thaïlandaise Lt-général Prawut Thavornsiri.

Le NCPO est confiant qu’il peut garder les étudiants NDM sous contrôle, NCPO secrétaire général général Chatchalerm Chalermsuk dit.

La NDM a tenu un débat à l’Université Thammasat intitulé « Neuf ans – absence de progression dans Après Septembre 19 Coup  », avant leur mars à Democracy Monument.

Chatchalerm dit le NCPO leur a permis de maintenir le débat mais a refusé l’autorisation pour un rassemblement. Il a indiqué que les étudiants étaient des visages familiers qui avaient été arrêtés à plusieurs reprises.

Il a dit qu’il n’y avait rien à craindre lorsqu’on lui a demandé si la junte étaient préoccupés par le calendrier de la manifestation, étant donné qu’il est venu en avance sur le voyage de Prayut aux États-Unis pour une assemblée générale des Nations Unies plus tard ce mois.

« Les fonctionnaires ne seront pas adopter une approche radicale et la situation ne sera pas dégénérer. Nous savons que ce groupe d’étudiants bien. Nous allons recourir à une approche douce, soulignant la négociation. Je crois que la plupart des gens comprennent que les fonctionnaires doivent appliquer la loi pour maintenir la paix et l’ordre , » il a dit.

Il a dit à la police militaire et pouvait contrôler la situation si les étudiants ont insisté sur le rallye.

Les dépliants distribués NDM exhortant les gens à lutter contre ce qu’ils étiquetés «dictature» et se battent pour la démocratie.

Les organisateurs du séminaire ont été informés qu’ils ne pouvaient pas utiliser la salle qu’ils avaient réservé plus tôt pour l’événement et ont été contraints de trouver une autre chambre.

Pichit Likitkijsomboon, professeur à la Faculté d’économie de l’Université Thammasat, a déclaré à l’auditoire que la mise en scène de deux coups d’Etat en neuf ans signifiait le pays a été piégé et il ne pouvait pas trouver un moyen de revenir à devenir une société démocratique.

Il a dit des pays qui ont surmonté les conflits entre les anciens et les nouveaux pouvoirs ont progressé mais celles qui sont devenues échoué pays sous-développés comme ceux en Amérique latine.

« Pour devenir un pays développé, nous devons avoir une société ouverte qui permet aux gens d’exprimer librement ses opinions, questions et réflexions, dit-il.

30269150-01_big

via Anti-coup group marches against ‘dictatorship’ – The Nation.